Le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, a condamné l’attaque perpétrée vendredi contre une mosquée dans le nord du Burkina Faso.

Le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, a condamné l’attaque perpétrée vendredi contre une mosquée dans le nord du Burkina Faso.

Le 11 octobre, une mosquée dans la commune de Salmossi, à 350 kilomètres au nord de la capitale Ouagadougou et près des frontières avec le Mali et le Niger, a été attaquée lors de la prière du vendredi.

Selon des sources sécuritaires relayées par la presse, au moins 15 personnes auraient été tuées dans cette attaque et quatre autres blessées.
 
« Le Secrétaire général condamne fermement l’attaque », a dit son porte-parole, Stéphane Dujarric, dans une déclaration de presse publiée dans la nuit de vendredi  à dimanche.

Par la voix de son porte-parole, António Guterres a exprimé ses plus sincères condoléances aux familles des défunts ainsi qu’au peuple et au gouvernement burkinabé. Le chef de l’ONU a également souhaité un prompt rétablissement aux personnes blessées dans cette attaque.
 
« Le Secrétaire général renouvelle l’engagement des Nations Unies à travailler avec le Burkina Faso pour promouvoir la cohésion sociale et faire en sorte que le pays reste sur la voie du développement durable », a ajouté M. Dujarric.

Lors d’une réunion du Conseil de sécurité consacrée à la paix en Afrique lundi dernier, António Guterres avait souligné que « le développement durable et inclusif est un but en soi » et qu’il est « aussi le moyen le plus efficace de traiter les causes profondes des conflits, de l’extrémisme et du terrorisme ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
30 × 2 =